A Noël, rencontre de l’Amitié et de la Solidarité avec Bruno Marie DUFFE

Après la veillée de Noël à Savigny concélébrée par les pères Bruno Marie DUFFE et Max BOBICHON une rencontre amicale a eu lieu avec une douzaine de familles originaires d’Albanie et du Kosovo qui pour la quasi-totalité d’entre elles se sont bien  intégrées, avec un travail durable et un logement.

L’anniversaire d’un accueil

Souvenez-vous, pour Noël 2015 trois familles migrantes étaient accueillies à Savigny. Bruno Marie DUFFE prêtre du diocèse avait été chargé par le cardinal BARBARIN d’organiser l’accueil de nombreux migrants qui en  errance depuis des mois dans les squats, rues et sous les ponts de Lyon avaient trouvé refuge à l’abri du pèlerin à Fourvière.
Moyennant un toit et une promesse d’embauche dans des secteurs ayant en permanence des difficultés à recruter, les autorités préfectorales étaient disposées à étudier pour elles la délivrance de permis de séjour et de travail temporaire. C’est avec ces perspectives d’accueil et de travail que Bruno Marie DUFFE a interpellé des familles  des secteurs de  Savigny, Saint Romain de Popey, Tarare, L’Arbresle, Sainte Foy l’Argentière.

Bruno Marie DUIFFE un acteur majeur

Et depuis trois ans que s’est il passé ? Bruno Marie DUFFE avec une cellule diocésaine en relation et les équipes locales a beaucoup donné de son énergie pour faciliter les relations, les démarches administratives, les contacts avec des entreprises. Ayant été au plus près des familles, ayant vécu leur désarroi, leur crainte du lendemain, dans les mois qui  ont suivi leur arrivée à Fourvière il est resté en  contact avec elles intervenant selon ses disponibilités pour solutionner un problème, redonner confiance.
Auparavant il avait exercé, le plus souvent dans l’ombre, d’importantes responsabilités dans le domaine du développement, des droits de l’homme, de la santé et de la coopération. A l’été 2017 le pape François l’appelle pour exercer auprès de lui de hautes responsabilités dans ces domaines. Il est devenu le responsable du dicastère (ministère) du développement intégral. Il anime toute une équipe qui étudie et conduit des actions auprès des églises des pays du monde. Il est proche du pape qui le consulte fréquemment.
Tout en exerçant ces fonctions il tient à rester au contact du terrain, des personnes, des chrétiens ou non, qui à leur mesure, dans leur quotidien contribuent au partage et la solidarité. C’est pourquoi il était à Savigny pour Noël.

Une intégration réussie

Et durant ces trois années comment s’est passé le séjour des familles accueillies dans notre secteur, que sont elles devenues ?
 Durant des mois, elles ont cumulé les difficultés. Ne parlant pas ou peu notre langue, il fallait faire des démarches administratives, que nous mêmes trouvons compliquées, pour eux sans aides cela devient presque insurmontable.
Sans ressources il a fallu se nourrir, trouver un minimum de mobilier,  sans moyens de transport se déplacer aux restos et chaudron du cœur, aux cours d’alphabétisation, pour les soins médicaux. L’aide apportée par les familles bénévoles accueillante leur a été d’un grand secours. Très vite dans le sillage des équipes de Savigny et Saint Romain de Popey qui ont fait face à l’arrivée des premières familles, l’élan de solidarité s’est élargi et a donné naissance à l’association Brévenne - Accueil. 
Maintenant c’est une association de plus de 50 adhérents et de près de 300 sympathisants qui a organisé des groupes d’accompagnements à St Pierre la Palud, Chevinay, Bessenay. Ces communes ont proposé pour un temps leurs logements d’urgence, des particuliers ont pu mettre à disposition, les uns un logement disponible, d’autres un espace pour une caravane. Depuis trois ans une quinzaine de familles ont pu être accompagnées. Pour les premières arrivées, elle ont trouvé du travail et obtenu des permis de travailler  à durée déterminée de 6 mois puis ensuite d’un an et même de plusieurs années.
Ce sont maintenant des emplois en CDI qu’ils  occupent chez des maçons, une boulangerie, une ferme arboricole,  dans des usines à l’Arbresle, Tarare. Leur emploi en CDI leur donne accès à des logements Leur situation administrative se régularise progressivement. Ils apprennent le français et ainsi peuvent satisfaire aux examens de l’office de l’immigration. Et puis il y a les enfants qui fréquentent normalement la crèche, la maternelle, l’école, le collège, pratiquent le sport dans les clubs.

A la veillée de Noël elles étaient presque toutes là ces familles pour rencontrer Bruno Marie DUFFE, se remémorer les moments difficiles, mais aussi de joie et d’espoir vécus ensemble.

Celui-ci faisant référence aux paroles du pape François pour un accueil renforcé et réciproque a invité familles accueillies et d’accueil à continuer ces actions de solidarité.

L’association Brévenne Accueil et notamment le groupe de Savigny vont assurer prochainement l’accueil d’une famille qui après trois ans de vie dans la rue la journée et un squat la nuit à Lyon, retrouve l’espoir d’une vie meilleure.