s

Commémoration du 5 décembre :
André Sachon reçoit la médaille du Mérite Fédéral

Mercredi en fin de journée, la section PG CATM de Savigny se retrouvait pour rendre un hommage solennel à tous ceux qui, pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie, sont « morts pour la France ». Depuis 15 ans maintenant, le 5 décembre est une journée nationale qui invite à honorer la mémoire de ces soldats.

La guerre d'Algérie a laissé derrière elle des familles meurtries, des âmes et des mémoires déchirées. Mais les armes ont été rangées. Près de 60 ans après, le temps de la mémoire est venu, une mémoire qu'il faut garder vivante. Ce que font les Savignois lors de cette cérémonie. Après un dépôt de gerbe au monument aux morts, la délégation se rendait à la salle de la mairie pour décorer l'un des leurs, André Sachon Un honneur qui prenait un sens encore plus particulier puisque c’est son gendre, qui lui remettait avec beaucoup d’émotion la médaille du Mérite Fédéral

André Sachon est né en 1933 dans le Vaucluse, il a une formation de tourneur sur métaux et est incorporé le 1er juillet 1954 au 477 groupe d’artillerie anti aérienne Segère à valence où il fera 7 mois de formation militaire, avant de partir le 1e février 1955 à Colomb Bechar dans le désert Algérien, toujours dans l’artillerie, où il sera nommé maréchal de logis le 1er octobre 1955. Chargé de l’intendance et des soldes du régiment, André devra effectuer des déplacements multiples à hauts risques, mines et embuscades étant le quotidien de la guérilla.

Et c’est et décembre 1956 qu’il rentrera en France. Parti pour 18 mois, il en fera finalement 30 au service de la France.  Après son retour, son mariage avec Angèle et son travail lui font un peu oublier cette « galère Algérienne ».
Le 11 novembre 2004, il recevait la Croix du Combattant des mains de Paul Cormorèche, président cantonal des anciens combattants, puis en mai 2013, la Médaille de la Reconnaissance de la Nation pour ces «  30 mois de sa jeunesse » passés au service de la France.
Ce mercredi ce n’est pas une médaille militaire qu’il recevait mais, tout aussi importante, la Médaille du Mérite Fédéral, une reconnaissance de la famille des anciens combattants pour son dévouement et sa fidélité à l’association.

Le message Fédéral des PG-CATM :  
« Pour tous nos compatriotes, l’année 2018 demeurera une référence mémorielle. Les anniversaires du centenaire de la guerre 1914/1918 ont été marqués par de grandioses cérémonies où l’émotion se mêlait à la reconnaissance. Aujourd’hui, en cette journée nationale, la République rend un hommage solennel aux « morts pour la France » pendant les conflits d’Afrique du Nord.

Aujourd’hui, nous sommes réunis par le souvenir de leur sacrifice, nous leur devons respect et reconnaissance pour leur engagement et leur combat valeureux en Kabylie, dans l’Ouarsenis, dans les Aurès ou dans d’autres régions tout aussi dangereuses.
Nous pensons aussi à leurs familles, à leurs proches, à leurs frères d’armes.

Appelés du contingent, militaires de carrière, membres des forces supplétives, forces de l’ordre, tous servirent la République avec courage, abnégation et loyauté. Tous accomplirent leur devoir. Ils furent plus de 25000 à tomber au champ d’honneur sur ce sol algérien âprement disputé.

La violence du déracinement, la rudesse de l’intégration ont longtemps empêché cette blessure de l’histoire de se cicatriser. Notre conscience collective nous ordonne de ne jamais les oublier.
Vive la Paix
Vive la République
Vive la France »